L’employé de Wendy a été congédié pour avoir pris un bain dans l’évier du restaurant

Un employé dans un Michigan Wendy's a été licencié après la mise en ligne d'une vidéo montrant qu'il prenait un bain dans l'un des éviers industriels du restaurant. Le clip de 23 secondes montrait le travailleur anonyme du Wendy's sur North Lafayette Street à Greenville en train de rire alors qu'il semblait nu dans l'évier, proclamant que c'était «comme un bain à remous» et qu'il «profitait simplement de la vie, patron».



On ne sait pas s'il était complètement nu ou non. Si l’ancien employé était définitivement torse nu, on ne sait pas s’il portait ou non des sous-vêtements sous l’eau. Cela n'a guère d'importance, bien sûr, et ne rend pas ce qu'il a fait moins inapproprié. Cependant, il convient de noter que ses genoux nus sont visibles à un moment donné du clip, si cela indique quoi que ce soit.

Quelqu'un a publié les images sur Facebook. La personne qui a initialement partagé le clip l'a fait pour avertir les clients de ne pas fréquenter l'emplacement de Wendy en raison des pratiques insalubres en place. «Alors oui, je vais juste dire à tout le monde tout de suite NE PAS ALLER AU GREENVILLE WENDYS. CECI EST DÉGUSTANT PLEASEEEEEE PARTAGEZ CECI », ont-ils écrit.



Chacun des employés concernés a perdu son emploi. Christian Gamp, porte-parole de Team Schostak, la société propriétaire du Greenville Wendy’s, a déclaré Newsweek que toutes les personnes impliquées dans l'incident avaient été licenciées en réponse à la vidéo. Il a décrit le comportement comme «flagrant» et «complètement inacceptable».

Le restaurant a été désinfecté après l'incident et jure que cela ne se reproduira plus. Camp a admis que le comportement des anciens employés était «contraire à nos normes de sécurité, de formation et de fonctionnement» et a déclaré que le restaurant avait été désinfecté par la suite. Il a également dit Nouvelles quotidiennes que l'entreprise avait pris «les mesures appropriées pour s'assurer qu'une telle situation ne se reproduise plus». Je ne sais pas à quel point c'est une consolation!