Le président turc affirme qu'il n'y a «rien de tel que les LGBT» et assimile les manifestants aux terroristes

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu'il n'y avait «rien de tel que les LGBT» dans sa dernière déclaration contre la communauté au milieu des manifestations à Istanbul menées par les jeunes du pays. Les manifestations ont commencé le mois dernier après que la nomination par Erdogan du loyaliste Melih Bulu comme recteur de la prestigieuse université de Bogazici a conduit à la détention illégale de plus de 300 étudiants et sympathisants. Les manifestants veulent que Bulu démissionne car ils pensent que sa nomination va à l'encontre de l'idée même de démocratie et viole les droits civils.



Erdogan a fait l'éloge des jeunes membres de son parti AK. Cela peut ne pas sembler un gros problème en surface tant que vous ne vous rendez pas compte que ses louanges reposent sur sa conviction que ses partisans sont seuls responsables de la «glorieuse histoire de cette nation» et de ne pas être des «jeunes LGBT». nouvelles de la BBC rapports.

Pour mémoire, l'homosexualité n'est pas illégale en Turquie. Cependant, cela ne signifie pas qu’il est largement accepté. Le sentiment anti-LGBTQI + a considérablement augmenté au cours des dernières années, et les commentaires d'Erodgan ne font que renforcer ces opinions haineuses et carrément dangereuses. Jusqu'en 2019, la marche de la fierté a été interdite pendant cinq années consécutives, tandis que la pandémie de COVID-19 l'a empêchée de se produire en 2020. La semaine dernière, quatre étudiants étaient récemment arrêté pour combiner des images LGBT avec une image d'un site islamique sur une œuvre d'art.



Erdogan a comparé les jeunes LGBT et leurs partisans à des terroristes nationaux. Dans un discours prononcé devant les membres du parti AK le lundi 1er février, Erodgan a déclaré: «Nous porterons nos jeunes vers l’avenir, non pas en tant que jeunes LGBT, mais en tant que jeunes qui existaient dans le glorieux passé de notre nation. Vous n'êtes pas les jeunes LGBT, ni les jeunes qui commettent des actes de vandalisme. Au contraire, c'est vous qui réparez les cœurs brisés. En 2020, il a insisté sur le fait que ceux qui soutiennent les droits LGBTQI + sont coupables d'avoir détruit «nos valeurs nationales et spirituelles» et «empoisonné» la jeunesse du pays.

Lorsqu'il a été confronté, il n'a fait que doubler ses remarques. Selon Actualités SBS , Erdogan a été invité à répondre à ses remarques sur la communauté LGBTQI +, mais il n'a montré aucun remords pour ses propos et est plutôt allé plus loin avec ses opinions. «Les LGBT, il n'y a rien de tel. Ce pays est… moral, et il marchera vers l’avenir avec ces valeurs. »