Un enseignant enregistre la bouche d’un élève de 7 ans pour avoir parlé en classe, le laissant «traumatisé»

Un enseignant néo-zélandais a été critiqué après avoir fermé la bouche d’un élève pour avoir parlé en classe. Une maman furieuse a retiré son fils de 7 ans de l'école Colwill à West Auckland pendant deux semaines alors que le garçon était resté «traumatisé» après qu'une étiquette en plastique a été placée sur sa bouche dans ce que le directeur de l'école, Rob Taylor, a décrit comme un «jeu qui les enfants semblaient apprécier, » Stuff.co.nz .


Le garçon souffre d'asthme. Selon la mère de l’élève, son fils prend quotidiennement des médicaments contre l’asthme pour ses problèmes respiratoires, ce qui rend la décision de l’enseignant de fermer sa bouche encore plus dérangeante.

L'école a mené sa propre enquête. La mère de l'élève anonyme n'a pas déposé de plainte officielle auprès de l'école, mais Taylor a insisté sur le fait que «même si vous avez choisi de ne pas suivre le processus de plainte de l'école, cela ne m'a pas empêché de traiter ce problème comme si vous l'aviez fait» dans une lettre datée de décembre 11.

Bien que l’enquête soit toujours en cours, il semble que personne n’ait encore été sanctionné. «Une enquête minutieuse et approfondie a finalement pu être achevée hier, le dernier des parents de ces enfants ayant été interrogé. Ces choses prennent du temps, en fonction de la disponibilité des personnes clés qui doivent être libres de nous rencontrer », a écrit Taylor. «Tous les enfants impliqués et leurs parents, à l'exception de [l'élève], ont maintenant été interrogés de manière appropriée par le travailleur social de l'école qui m'informe que le point de vue [du membre du personnel] selon lequel il s'agissait d'un jeu [sic] que les enfants semblaient apprécier et avec lequel ils souhaitaient jouer elle était de toute évidence la version correcte de cet événement. '

Le garçon s'est vu offrir des conseils par le ministère de l'Éducation. Cependant, sa mère ne pense pas que cela soit allé assez loin et dit que personne ne s’est excusé auprès d’ici ou de son fils à la suite de l’incident. «J'ai demandé à mon enfant de 7 ans ce qu'il pensait de tout cela, et il a dit: 'Quand nous faisons quelque chose de mal en classe, nous devons dire pardon et que nous ne recommencerons pas, pourquoi l'enseignant ne le peut pas? », A raconté la mère du garçon. Elle a ajouté: 'Je suis absolument consternée qu'un enseignant fasse quelque chose comme ça.'


La police de Waitematā a commencé à enquêter. Le sergent-détective Kim Libby a confirmé que les autorités enquêtaient sur la question, mais a refusé de donner d'autres commentaires ou mises à jour. Dans l'intervalle, le ministère de l'Éducation a exhorté la mère à suivre le processus formel de plainte avant de les contacter si une conclusion satisfaisante ne peut être tirée.