Les gens refusent apparemment d'utiliser l'auto-caisse dans les magasins parce qu'ils ne veulent pas «tuer des emplois»

La technologie progresse constamment et, à bien des égards, c'est une bonne chose. Cela rend nos vies plus faciles et plus efficaces, mais tout le monde n'est pas d'accord. Il y a beaucoup de gens qui croient que l'automatisation élimine en fait les vrais êtres humains, et un groupe de Canadiens boycottent les caisses automatiques dans les supermarchés et autres magasins parce qu'ils croient que les machines «tueront des emplois».



Il y a une résistance croissante. Tom Eburne, qui vit à Chilliwack, en Colombie-Britannique, a déclaré au CBC qu'il continuera à utiliser des caisses de caisse régulières tenues par des personnes réelles aussi longtemps que possible. «Nous résisterons aussi longtemps que possible», a-t-il déclaré. «Je pense que toute perte d'emploi est un pas en arrière.»

Plus de 25% des Canadiens refusent d'utiliser les caisses automatiques. Selon un étudier à l’Université Dalhousie, sur 1053 Canadiens interrogés, plus de 25% d’entre eux n’utiliseront pas les caisses en magasin même s’ils n’achètent qu’une ou deux choses et ce serait plus rapide que de faire la queue pour un caissier.

Seulement 50% des Canadiens utilisent les caisses en libre-service avec une quelconque régularité. Dans une autre enquête , seul un peu plus de la moitié des répondants ont déclaré qu'ils utilisaient déjà des caisses automatiques. Bien qu'il y ait là une petite marge d'erreur, la plupart des gens veulent vraiment s'assurer que les personnes qui travaillent comme caissiers puissent conserver leur emploi.



Réduire le nombre de caissiers peut avoir des conséquences à long terme. «Ils essaient essentiellement de rassembler tout le monde, d'habituer tout le monde aux caisses automatiques pour réduire continuellement le personnel», a déclaré Dan Morris, un résident de l'Ontario. «Les machines ne paient pas d’impôts, elles ne cotisent pas au régime de retraite.»

Malheureusement, s'abstenir d'utiliser l'auto-paiement ne les empêchera probablement pas d'être installés partout. La technologie ne s'arrête à personne et ces personnes devront éventuellement monter à bord. Les détaillants veulent réduire les coûts de main-d'œuvre et sont désireux de rendre leurs entreprises plus efficaces, donc cela semble presque inévitable. «S'accrocher en quelque sorte à un ancien modèle simplement parce qu'il implique des travailleurs n'est pas quelque chose que les entreprises et d'autres sont censés faire», a déclaré Sean Mullin, directeur général du Brookfield Institute for Innovation + Entrepreneurship de l'Université Ryerson à Toronto.