Des chasseurs de pédophiles attrapent un chasseur de fantômes pervers en train d'envoyer des photos nues à une fille de 14 ans

Un homme de 52 ans a été surpris en train d'envoyer des photos explicites à ce qu'il croyait être une fille de 14 ans, mais qui était en fait un groupe de chasseurs pédophiles. John David Holey, qui dirige un groupe de chasse aux fantômes à Wakefield au Royaume-Uni, a été surpris par les Fleetwood Enforcers et va maintenant passer du temps derrière les barreaux, où il appartient à juste titre.



John David Holey pensait qu'il parlait à une adolescente. Il a envoyé des messages sexuellement suggestifs ainsi que des photos explicites de lui-même à «Lydia», une fausse fille de 14 ans, via les réseaux sociaux. En réalité, il parlait aux chasseurs pédophiles qui l'ont ensuite retrouvé chez lui.

Vigilantes a filmé la confrontation avec Holey dans son appartement et l'a diffusé en direct. Alors que Holey a refusé de quitter son appartement pour être amené aux autorités, il a finalement été arrêté par la police qui est arrivée sur les lieux peu de temps après.

Il a tout admis à la fin. Une fois au tribunal, John David Holey a admis avoir tenté d'inciter un enfant à se livrer à une activité sexuelle et avoir tenté de violer une ordonnance de prévention des méfaits sexuels en juin 2020. En utilisant le site de réseau social Tagged, il a envoyé une demande d'ami à un faux profil qu'il croyait très réel et appartenait à «l'adolescente». Peu de temps après, il a commencé à poser des questions sexuellement suggestives au leurre avant d'envoyer une photo nue et d'en demander une en retour.



«Lydia» a clairement indiqué son âge dès le début. Cela n’a pas empêché Holey de s’en prendre à elle, a déclaré la procureure Katherine Robinson lors d’une audience à Leeds Crown Court. Il a également été révélé que John David Holey avait des antécédents d'infractions similaires, après avoir été mis à l'épreuve pour possession d'images indécentes d'enfants en 2011.

Maintenant, il passe du temps mérité derrière les barreaux. Le juge l'a condamné à deux ans et deux mois d'emprisonnement, ce qui devrait être le cas.