Une maman qui a tué ses 6 enfants libérée de prison après avoir purgé seulement la moitié de sa peine

Une mère britannique qui a tué ses six enfants en leur permettant de mourir dans l'incendie d'une maison, elle et son ancien partenaire, a été libérée de prison après avoir purgé seulement la moitié de sa peine. Mairead Philpott avait déjà été condamnée à 17 ans d'emprisonnement pour l'homicide involontaire coupable des enfants, mais le sera maintenant marcher librement , dans ce que les experts en prévention du crime décrivent comme une erreur judiciaire extrême.



Philpott et son mari Mick ont ​​été arrêtés en 2012. Le couple, de Derby, a mis le feu à la maison et prévoyait de blâmer l'ancienne maîtresse de Mick, Lisa Willis, qui avait quitté la maison avec ses enfants à cette époque. Ils prévoyaient également d'utiliser le feu comme une opportunité pour se voir attribuer une maison plus grande par le conseil local.

Ils n'ont pas pu sauver les enfants. Bien qu’il soit difficile de savoir si Philpott et son mari avaient l’intention de faire mourir les enfants, le fait qu’ils aient mis le feu à l’essence les a empêchés de secourir les enfants et ils sont morts dans l’incendie. Jade, 10 ans, John, 9 ans, Jesse, 6 ans, Jayden, 5 ans, Jack, 8 ans, et Duwayne, 13 ans, ont tous vu leur vie tragiquement raccourcie .



Philpott n'a purgé que 8,5 ans de sa peine. Maintenant, elle sera transférée dans une maison de transition pendant trois mois avant de lui donner une nouvelle identité. Elle recevra des conseils et un encadrement de vie pendant cette période avant de l’aider à trouver un nouvel endroit où vivre. Elle devra également adhérer à un 7 heures-19 heures. couvre-feu pour l’avenir immédiat.

Sa propre mère ne veut même pas la voir. La mère de Philpotts, Vera, a déclaré qu'elle ne voulait plus jamais avoir de contact ni même revoir sa fille pour le reste de sa vie. «Je ne la veux pas près de ma porte. La peine n’est pas assez longue et nous la renions après ce qu’elle a fait », a-t-elle insisté. Son mari est toujours derrière les barreaux, ayant été condamné à une peine minimale de 15 ans.