Je ne me sens pas mal d’avoir trompé mon partenaire, je réponds simplement à mes besoins

je a confondu le confort avec le bonheur dans ma relation et maintenant, trois ans plus tard, je suis misérable. Pour me sentir mieux, j’ai décidé de trouver du réconfort chez d’autres hommes, ce que je n’approuverais certainement pas. je lui mentir sur mon infidélité tous les jours, mais je dors encore la nuit.



Il m'a fallu un certain temps pour réaliser que je n'étais pas heureux.

Quand nous nous sommes mariés pour la première fois, je pensais vraiment que je faisais ce qui me rendrait le plus heureux à long terme. J'ai trouvé un partenaire avec un emploi stable et une bonne famille qui voulait des enfants et rester dans la même région dans laquelle j'ai grandi. L'idée était enivrante, surtout pour quelqu'un qui venait d'une maison brisée. Je pensais qu'un endroit sûr et cette idée d'un avenir heureux suffiraient à me satisfaire.

Ce que mon mari ne peut pas me donner, je le recherche des autres.

C'est un fournisseur. Il est prévisible et aimant. Je sais qu’il sera là pour moi en cas de crise, sinon de façon romantique quand j’aurai besoin de lui. Malheureusement, la stabilité n’est pas sexy. J'ai besoin de convoitise, d'urgence et de passion. J'ai une tendance imprudente en moi qui me pousse à rechercher l'attention de presque tous les hommes qui me la donneront si je ne l'obtiens pas de lui. Et je dois admettre: J'aime être taquine. J'aime le frisson de faire tomber quelqu'un pour moi tout en restant hors de portée. J'aime le sentiment de vouloir, d'avoir besoin de quelqu'un que je ne peux pas avoir.

Je sais que je devrais m'en soucier plus que moi.

Je ne peux pas comprendre pourquoi faire ces choses dans le dos de mon mari ne m'affecte pas comme il se doit (ou comme la société le dit). Mon mari me dit qu'il m'aime tous les soirs et m'embrasse sur le front tous les matins pendant que je suis en train de sexto avec des copains de lycée et de flirter avec des hommes au travail. Plus il me pousse à l'amour, plus je recherche l'attention des autres.



Je me suis pardonné de céder à mes besoins.

Je dois croire que je me comporte de cette façon parce que je suis humain, pas parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas en moi ou que je commence à blesser intentionnellement quelqu'un. Je sais qu'une conversation sur notre position doit avoir lieu, mais en attendant, ce qu'il ne sait pas ne lui fera pas de mal (je pense). J'ai l'intention de continuer ainsi aussi longtemps que possible.

Mon thérapeute dit que ce qui me rend heureux dans mon mariage en vaut la peine.

Si l’objectif est de rester marié et que j’ai besoin de cette attention, mon thérapeute dit que je ne devrais pas me sentir coupable de poursuivre ce qui me satisfera dans mon mariage. Cela peut sembler fou, mais cela m'a aidé faire face aux sentiments de culpabilité qui commencerait à s'insinuer.