Petit ami qui a écrasé des cigarettes sur sa petite amie et a versé de l'eau de Javel sur sa prison évite

Un petit ami abusif qui a terrorisé sa petite amie en lui mettant des cigarettes sur le cou et en lui versant de l'eau de Javel a réussi à éviter la prison. Ryan Barr, alias Romeo Barr, a soumis les femmes sans nom à des abus «dégoûtants», la femme de 24 ans ayant été reconnue coupable de comportements tels que lui cracher dessus, lui donner des coups de pied et la mordre au visage, et même frapper leur chien devant elle, la Miroir rapports. L'homme de Liverpool au Royaume-Uni l'a même forcée à contracter des emprunts, ce qui l'a endettée. Cependant, il ne passera pas de temps en prison car un juge pense qu’il a changé ses habitudes.



Il a une histoire de manipulation. Le Écho de Liverpool rapporte que Barr a rencontré la victime en 2018 et après qu'ils ont commencé à sortir ensemble, il l'a rapidement invitée à emménager chez lui à Four Acre Lane, Clock Face, St.Helens. Cependant, comme l’accusation l’a révélé au cours de son procès, il n’a pas fallu longtemps avant que les choses «se détériorent» gravement. Le procureur Louise McCloskey a déclaré au tribunal: «L’accusé devenait agressif en buvant de l’alcool, l’appelait par des noms tels que« scories », lui crachait dessus et jetait des objets. Ce comportement a alors commencé à se développer même lorsque l'accusé n'était pas en état d'ébriété.

Barr était «jaloux et contrôlant». Non seulement Barr a maltraité physiquement la victime, mais il lui a également interdit de sortir avec des amis et d'aller aux cours universitaires ainsi que de surveiller son téléphone. Parfois, il est devenu si jaloux qu'il a cassé son téléphone et a passé une grande partie de son temps à être «en colère et maussade» autour d'elle.



Les abus décrits par la victime étaient terribles. Barr aurait jeté de l'eau froide sur elle alors qu'elle était sous la douche, puis lui aurait donné des coups de pied au visage lorsqu'elle se penchait pour ramasser une serviette. Quand elle a pleuré, il lui a dit qu'il ne se sentait pas mal pour elle. L'accusation a également révélé que la victime avait décrit avoir été `` frappée avec une brosse à cheveux ou une télécommande, se faire tirer les cheveux, lui écraser des cigarettes sur le dos ou le cou quand elle dormait, et une occasion où de l'eau de Javel a été versée sur elle et elle a décrit cela prend des jours pour éliminer l'odeur de son corps.

Il l'a maltraitée pour la dernière fois en 2018. Le 4 juillet 2018, la victime s'est rendue avec des amis dans une boîte de nuit à Liverpool et «l'accusé l'a vue, lui a craché dessus et s'est mordu la mâchoire, a suivi la plaignante jusqu'à l'appartement où elle séjournait à l'université et le personnel de sécurité l'a fait. Pars.' Elle a par la suite obtenu une ordonnance de protection contre lui, qu'il a violée à deux reprises.