Un pasteur baptiste quitte l'église pour devenir strip-teaseuse et dit qu'elle aime son nouvel emploi

Un ancien pasteur a abandonné la chaire pour devenir strip-teaseuse à la place et dit qu’elle n’a jamais été aussi heureuse. Nikole Mitchell s'est sentie poussée à consacrer sa vie en Dieu en raison de son éducation dans une famille baptiste super religieuse, mais elle a finalement décidé de suivre son cœur et de quitter l'Église, une décision qu'elle n'a jamais regrettée.



Voir cet article sur Instagram

Un post partagé par Nikole Mitchell (@mitchellnikole) le 21 septembre 2020 à 13h40 PDT

Nikole Mitchell a toujours voulu être strip-teaseuse. Parler à La poste , Mitchell a avoué qu'elle rêvait de se déshabiller depuis qu'elle était enfant, elle n'avait tout simplement jamais eu l'impression d'avoir la liberté de le poursuivre. «Dès mon plus jeune âge, j'avais fantasmé d'être strip-teaseuse», a-t-elle expliqué. «Mais j'ai été endoctriné pour croire que mes désirs et mon corps étaient intrinsèquement pécheurs et mauvais.

Elle est devenue pasteur mais sa famille n’en était pas contente. La mère de trois enfants a décidé de propager officiellement la parole de Dieu à l'église, mais même ce n'était pas une décision soutenue par sa famille. «On m'a appris que les femmes ne sont pas autorisées à diriger et que les femmes ont leur place dans la cuisine et avec les enfants. Donc, même si cela allait à l'encontre de tout ce qu'on m'a dit, j'ai décidé de devenir [un pasteur] à cause de mon amour pour la scène », a déclaré Mitchell, 36 ans.



Ce n'est que lorsqu'elle a rejoint une nouvelle église qu'elle a commencé à voir la lumière. Nikole Mitchell et son désormais ex-mari ont commencé à fréquenter l'église Woodland Hills à St. Paul, Minnesota en 2011 et ont réalisé que l'égalité des sexes au sein de l'église était en fait possible. Elle y est devenue pasteur et tout allait très bien… jusqu'en 2016.

Tout a changé lorsqu'elle a regardé une représentation théâtrale LGBTQ + en 2016. 'Je me disais' Oh mon Dieu, je ne pense pas que je suis hétéro 'et cela a secoué mon monde', se souvient Mitchell, qui s’identifie maintenant comme bisexuel et pansexuel. «Je savais que si je révélais ma bizarrerie, je perdrais tout parce que l'église n'est pas accueillante pour les personnes queer. En 2017, elle avait quitté l'église pour de bon.