Les frères Amish évitent la prison après avoir admis avoir violé et imprégné une sœur de 12 ans

Deux frères Amish du Missouri n'iront pas en prison malgré avoir admis avoir eu des relations sexuelles avec leur sœur de 12 ans et avoir imprégné leur sœur de 12 ans, car les procureurs craignaient d'être «mangés vivants» derrière les barreaux. Aaron Schwartz, 22 ans, et Petie, 18 ans, ont déclaré avoir commis le crime au moins une demi-douzaine de fois, mais maintenant il semble qu'ils s'en sortent sans scotch.



Un médecin suspect a alerté les autorités. Selon le Citoyen du comté de Webster , le médecin s'est inquiété lorsque la victime est tombée enceinte à 13 ans. Le médecin a alors alerté les autorités et leur a dit que la fille avait quatre frères, dont deux avaient eu des relations sexuelles avec l'enfant. L’un des frères est le père du bébé.

Les frères ont été initialement accusés de crimes graves. Au début, les frères Schwartz ont été accusés de six chefs de viol statutaire et d'un chef d'inceste. Cependant, ces accusations ont par la suite été rétrogradées au rang d'agression sexuelle d'enfants au troisième degré, qui n'est qu'un crime de classe C. En collaboration avec le procureur du comté de Webster, Ben Berkstresser, les frères ont obtenu un accord de plaidoyer.



Ils ont été condamnés à 15 ans de prison pour leur crime. Cependant, ces 15 années sont suspendues pour les deux frères et aucun des deux ne passera une journée en prison. Berkstresser a justifié cela en insistant sur le fait que les frères et leur sœur avaient une «relation différente» que si un «parent en position d'autorité abusait ou exploitait sexuellement leur enfant». Il a également affirmé que les frères étaient «très immatures». Il a ajouté: «Ces deux jeunes hommes auraient été mangés vivants dans le système pénitentiaire d’État.»

Apparemment, la communauté Amish a puni les frères. Selon Berkstresser, la communauté Amish «a clairement indiqué que cette punition était très sévère», mais je suppose que nous devrons simplement nous croire sur parole.