Une fillette de 11 ans se suicide après avoir été tourmentée par un violeur libéré sous caution

Une fillette de 11 ans s'est suicidée après que l'homme accusé de l'avoir violée ait été libéré sous caution. Annaliese Ugle, une étudiante des Premières Nations de 6e année juste à l'extérieur de Perth, en Australie-Occidentale, s'est sentie «tourmentée» par la libération de Peter Frederick Humes, 67 ans, malgré les terribles accusations portées contre lui, qui comprenaient des chefs de pénétration sexuelle d'un enfant de moins de 13 ans. a eu lieu entre 2014 et 2018. Malheureusement, Annaliese a estimé que le seul moyen de sortir de l'enfer qu'elle vivait était de se suicider.



Annaliese avait désespérément besoin de s'échapper de sa petite ville. Comme sa mère, Samantha Westcott, l'a dit WA aujourd'hui , «Ma fille pensait qu'il allait la blesser et elle avait peur. Elle ne voulait pas vivre dans cette ville où elle ne voulait pas y être. Elle avait peur, j'avais peur, je ne laisserais même pas mes bébés sortir et jouer sans que je reste dehors. '

Sa mère l'a décrite comme aimante et pétillante. Annaliese était l'un des cinq frères et sœurs et a été décrite par sa mère comme extravertie et amusante. 'Elle était pétillante, elle adorait TikTok, elle ne pouvait pas l'en empêcher', a-t-elle déclaré. «C'était une petite fille vraiment brillante et heureuse.»



À présent, la mère d’Annaliese réclame des lois plus strictes. «Ma fille avait peur d'un prédateur [présumé] et elle n'est plus ici avec moi, alors je dois parler pour elle», a déclaré Westcott. «Nous avons besoin de lois plus strictes sur la mise en liberté sous caution… [et] je crois que les zones rurales ont besoin de plus de services pour les jeunes. Elle a ajouté qu’elle souhaitait que le nom d’Annaliese figure sur toute législation afin d’honorer ce que la fille avait traversé.

La police a admis avoir commis une erreur. Le commissaire adjoint de la police de WA de la région de WA, Jo McCabe, a admis que l'homme accusé d'avoir violé Annaliese aurait dû rester derrière les barreaux. «Pour quelqu'un d'aussi jeune, se suicider est inacceptable et tragique et de nombreuses questions doivent trouver une réponse», a-t-elle déclaré dans un communiqué. «Une évaluation précoce de cette affaire et de la gravité des infractions me dit que la mise en liberté sous caution de la police aurait dû être opposée et non envisagée dans ce cas. Ce sera finalement l'affaire du coroner, mais je suis ici aujourd'hui pour dire que la police de WA s'appropriera tous les problèmes où nous pouvons nous améliorer pour éviter que quelque chose comme ça ne se reproduise.